LE CENTRE DE DOCUMENTATION

 

Le centre de documentation du musée de Villèle a pour mission de mettre à disposition du grand public et du personnel du musée un ensemble d’ouvrages documentant les grandes thématiques qui se dégagent du site, de son histoire et des collections du musée.

 

Constitué de plus de 3000 ouvrages, ce fonds s’enrichit chaque année de nouvelles acquisitions sur les thématiques de l’esclavage, l’engagisme, la société de plantation, l’Afrique, l’Inde, la Chine, les arts, l’histoire et la recherche locale.

 

Une vingtaine de périodiques, dont les Cahiers des anneaux de la mémoire, la Revue historique de l’océan Indien ou encore Patrimoine industriel, permet également aux usagers de rester au plus prêt de l’actualité.

 

MODALITÉS PRATIQUES


Accueil du public :

Du lundi au jeudi :
8h30 à 12h30 - 13h30 à 16h00
Le vendredi :
8h30 à 12h30 - 13h30 à 15h00

Sur rendez-vous uniquement :
0262 55 64 10
michelle.galmar@cg974.fr

 

PARMI LES DERNIÈRES ACQUISITIONS

 .

Commerce atlantique traite et esclavage (1700-1848)

Par Philippe Charon (dir.)

Samuel Boche

Jean-François Caraës

Morgan Le Leuch

Bernard Michon

Éditions Presses universitaires de Rennes, 2018

 

Le renouvellement de l'historiographie sur le commerce dit "triangulaire" invite à changer de paradigme et à y voir le premier exemple d'une mondialisation économique et commerciale autour de l'espace atlantique qui connaît son apogée au 18e siècle. Le port de Nantes et son arrière-pays tiennent une place prépondérante dans ce phénomène, et l'activité des négociants et commerçants, des capitaines et armateurs, des artisans des métiers de marine et des manufacturiers, des colons et propriétaires, se lisent au travers de documents conservés dans les fonds et collections des Archives départementales de Loire-Atlantique, assurément les plus riches et les plus variés parmi les collections publiques sur ce sujet.

 

Rapports de capitaines, rôles d'armement, journaux de bord, mémoires commerciaux, comptes de plantations et correspondances entre régisseurs et propriétaires, listes d'esclaves et actes d'affranchissement, états des marchandises coloniales et continentales, procès-verbaux de contravention aux lois prohibitives de la traite de Noirs, etc., sont autant de témoignages du commerce atlantique, de la traite négrière, de l'esclavage et de leurs abolitions. La parole des esclaves n'y figure pas directement, mais leur place centrale dans cette histoire mondialisée et la manière dont ils ont vécu apparaissent en creux dans les archives présentées. Leur lecture interpelle, questionne et donne en même temps des clés de compréhension d'une histoire dont le poids marque encore les mémoires. (Source éditeur)

 

 

Les routes de l'esclavage

Par Catherine Coquery-Vidrovitch

Edition brochée - 2 mai 2018

 

Arrachés violemment à leur terre et à leurs proches, ils furent des millions à se retrouver enchaînés, entassés dans des bateaux, contraints à traverser à pied forêts ou déserts, dans des conditions tellement inhumaines que presque la moitié d’entre eux en mourait. Ce crime effroyable, qui a dévasté l’Afrique subsaharienne, a pris de nombreux visages au cours des siècles. Car ses exécuteurs et ses commanditaires sont issus de tous les horizons : de l’Afrique elle-même avec la traite interne, des différentes terres musulmanes avec les traites orientales, de l’Europe avec la traite atlantique.


Pour comprendre l’ampleur et la complexité historique de l’esclavage des Noirs, il faut en faire la géographie, qui passe par les routes des différentes traites. C’est cette synthèse que Catherine Coquery-Vidrovitch nous présente ici avec rigueur et pédagogie, loin de toute polémique. Elle s’appuie sur son savoir immense d’historienne de l’Afrique, mais aussi sur le riche matériau réuni dans une série de quatre films intitulée Les routes de l'esclavage, diffusée sur la chaîne ARTE, dont elle à été la conseillère historique, et où interviennent les meilleurs spécialistes internationaux.

 

Un ouvrage aussi passionnant que terrible, qui révèle les rouages d'un système criminel sur lequel s'est construit en grande partie notre monde actuel. (Source éditeur)

 

 

Bordeaux au XVIIe Siècle, le commerce atlantique et l'esclavage

Par François Hubert

Christian Block

Jacques de Cauna

Éditions Le Festin, janvier 2018

 

 

À la faveur d'un essor économique sans précédent, Bordeaux connaît au 18e siècle une véritable transformation urbaine. La prospérité de la ville, qui attire une population active venue de toute la région, ainsi que des négociants et des armateurs issus de différents horizons européens, est avant tout le résultat du dynamisme de son négoce maritime qui la place au coeur des échanges internationaux.

 

Ce commerce est cependant entaché des tragédies humaines générées par la traite et l'esclavage, alors en usage en un siècle qui voit en parallèle se développer les idées des Lumières. À cette même époque, un important mouvement migratoire des Aquitains se produit en direction des colonies antillaises, Saint-Domingue en tête. Ils y prospéreront jusqu'aux premières révoltes des esclaves qui aboutiront, en 1848, à l'abolition définitive de l'esclavage en France.

 

Après l'ouverture des salles du Musée d'Aquitaine consacrées à « Bordeaux au XVIIIe siècle, le commerce atlantique et l'esclavage » en mai 2009, cet ouvrage, richement illustré de documents inédits, contribue à diffuser l'état des connaissances sur cette question en présentant avant tout des faits et leur enchaînement. Cet objectif contraint à décentrer son regard : si Bordeaux et l'Aquitaine sont bien au centre de cette histoire, il faut aussi aller voir en Afrique ou aux Antilles comment celle-ci a été vécue. (Source éditeur)

 

 

 

 

Arts et histoires des esclavages : abécédaire raisonné des arts et de l'histoire des esclavages

Sous la direction de

Nicole Lucas

et Vincent Marie

Éditions Le manuscrit, Paris, mai 2016

 

Présenté sous forme d’abécédaire, cet ouvrage révèle que chaque période, de l’Antiquité à l’époque moderne et contemporaine, a connu ou connaît un esclavage spécifique. Il montre que paradoxalement, les esclavages furent aussi des catalyseurs de poésies, musiques, romans et films au pouvoir libérateur et révélateur.


En abordant ces thématiques sous toutes leurs facettes, il pose les vraies questions et donne des outils de réflexion pour que le combat contre la servitude se perpétue jusqu’à la victoire finale des droits humains. (Source éditeur)

 

 

Une histoire de l'esclavage en Afrique : mutations et transformations : XIVe - XXe siècles

Par Paul Lovejoy

Éditions Karthala et CIRESC, Paris 2017

 

Ce livre est un ouvrage de référence dans l'historiographie internationale de l'esclavage. De façon argumentée, il démontre l'importance de l'esclavage dans l'histoire de l'Afrique et met en exergue un phénomène historique central qui a eu ses propres déclinaisons régionales et sa propre périodisation. Il offre une synthèse des connaissances et un cadre structurel pour penser l'esclavage en Afrique.

 

S'appuyant sur de nombreuses archives, il montre que l'esclavage s'est transformé dans le temps sous l'effet d'influences externes à l'Afrique -principalement par la demande de la traite européenne et la traite islamique, puis par l'abolition européenne- et sous l'effet de dynamiques internes, à travers l'usage d'esclaves comme mode de production.

 

Comment l'Afrique et ses populations furent-ils pleinement impliqués dans le système global de l'esclavage qui s'étendit dans le monde entier ? Quels furent les effets sur le continent ? Comment quantifier la traite, selon les époques, selon les lieux ? Quelles furent les conséquences sur les relations sociales et culturelles en Afrique ?

 

Briser le silence sur les implications de l'esclavage dans l'histoire de l'Afrique mais aussi dans l'histoire du monde : tel est l'objectif de ce livre, indispensable. (Source éditeur)

 

 

Arts et lettres contre l'esclavage

Par Marcel Dorigny

Édition Cercle d'art, Paris, 2018

 

Il s’agit du premier livre d’art consacré à la mémoire des artistes, célèbres ou anonymes, qui ont mis leur créativité au service de l’abolition de la traite et de l’esclavage des êtres humains. Plus d’une centaine d’œuvres reproduites témoignent de l’âpreté du combat autant que de la force d’engagement de ces écrivains et artistes tout au long des cinq siècles écoulés et jusqu’à la période la plus contemporaine. Estampes, poèmes, peintures, sculptures, romans, photographies, caricatures… autant de genres et de visions qui sont autant de pistes pour comprendre les résistances.

Ce livre propose un cheminement thématique entre les œuvres littéraires, plastiques, graphiques et architecturales, sans impératif chronologique. Informer et lutter, politiser et philosopher, illustrer la mémoire, les trois parties de l’ouvrage mettent en relation des extraits de textes littéraires, philosophiques et politiques avec des œuvres picturales, des sculptures, des créations architecturales toujours au service de la cause. Dans son texte, Marcel Dorigny, l’un des plus éminents historiens du combat contre l’esclavage met en perspective et explicite les rapports entre ces nombreux documents qui s’éclairent les uns les autres. Il souligne l’implication et le rôle des artistes dans le combat anti-esclavagiste et l’importance de leurs créations qui ont connu parfois un impact très populaire. De Géricault à Ingres, jusqu’à Daniel Buren et Laura Facey, nombreuses sont les œuvres à témoigner des divers aspects et conséquences ainsi que de la ferveur de ce combat contre la traite et l’esclavage des êtres humains. (Source éditeur)

 

 

 

Les abolitions de l'esclavage

Par Marcel Dorigny

Éditions Presses Universitaires de France, Paris, 2018

 

La fin de l'esclavage colonial a été un long processus, complexe et conflictuel. Et de fait, les luttes du " siècle des abolitions " (1793-1888), en débouchant sur de nouvelles formes d'organisation du travail, ont accouché de situations pos-tesclavagistes contrastées.


Comment les esclaves ont-ils eux-mêmes lutté contre leur asservissement ? Un antiesclavagiste était-il nécessairement un abolitionniste ? La question de l'indemnisation des anciens propriétaires devait-elle être posée ?


À l'occasion des 170 ans du décret du 27 avril 1848, Marcel Dorigny s'efforce de présenter le plus clairement possible les débats et les combats qui, après plus de quatre siècles d'esclavage, ont fini par imposer l'abolition dans les colonies des principales puissances européennes

 

 

 

La traite des Noirs

Par Olivier Grenouilleau

Éditions Presses Universitaires de France, Paris, 2018

 

Globale, monstrueuse par ses dimensions comme par son objet, l’histoire de la traite est écartelée en de nombreux sous-ensembles dont il est difficile de maîtriser la totalité.


Dans cet ouvrage, Olivier Grenouilleau se propose de dépasser le stade de la monographie, de l’analyse statistique ou thématique. Ce faisant, il délaisse un peu ce qui est maintenant le moins mal connu - l’histoire de la traite et de ses modalités pratiques - pour s’intéresser, en amont et en aval, à ses implications et à ses conséquences, en bref à la place et au rôle de la traite dans l’histoire.


Cette approche permet d’offrir au grand public une synthèse abordant, même très succinctement, l’essentiel de ce qui se rapporte à la traite des Noirs, dont l’histoire, aux implications mémorielles douloureuses, est ainsi replacée dans une perspective globale. (Source éditeur)